A LA UNE :
l'actualité des livres de poche

Le Mag

Retour

Concours de nouvelles au lycée des Graves avec Cathy Ytak

du au

Le concours de nouvelles 2018 des Lycéens est lancé !
C'est Cathy Ytak qui le mène cette année, avec un groupe de volontaires de Seconde, Première et Terminale du Lycée des Graves, réunis autour de la documentaliste Caroline Gayte.

Une série d'ateliers d'écriture mènera à des nouvelles produites par chacun, qui seront sélectionnées par un jury composé de :

Cathy Ytak - l'équipe pédagogique du Lycée - les équipes Lire en Poche et section adultes de la Médiathèque Jean Vautrin.

En juin, le lauréat recevra un mini Ipad offert par le Crédit Agricole d'Aquitaine, et les deux autres finalistes des chèques livres de la part du Fonds de Dotation Lire en Poche. Et pour couronner le tout, un livret sera édité, recueillant les nouvelles finalistes. Le lauréat sera officiellement présenté au public lors de la soirée d'ouverture de la 14e édition de Lire en Poche, vendredi 12 octobre 2018, au Théâtre des 4 Saisons.

 

Cathy Ytak écrit des romans pour les jeunes et les moins jeunes, invente des recettes de cuisine, fait son pain, rêve de bien jouer de la harpe, s’énerve des injustices, voyage souvent en train, et a fait de la Bretagne son port d’attache.
Avec les écrivains Gilles Abier et Thomas Scotto, elle forme L’Atelier du Trio qui propose des lectures croisées de leurs textes, et des expositions sur leur travail d’auteurs.
Dernier roman ado paru : D’un trait de fusain (Talents Hauts).


Voici les consignes données par Cathy Ytak aux écrivains en herbe, en lien bien sûr avec la thématique Lire en Poche 2018 :

Vous êtes dans un lieu qui vous est familier.

Il faut beau, tout va bien. Vous attendez l’arrivée d’un ami ou d’une amie.

Soudain, vous êtes témoin d’une scène qui provoque en vous une vive émotion.

Vous décrivez l’émotion ou les émotions successives que cette scène provoque en vous, et la raison de cette émotion, comme si vous étiez encore en train de la vivre (au présent). Et la manière dont vous « réagissez » à cette émotion, et ce que cela change -ou pas- en vous.

Vous n’utilisez jamais les phrases : je suis triste, je suis surpris(e), je suis en colère, je suis ému(e), etc.

L’émotion n’exclut pas le rire, ni l’humour, ni la tendresse, bien au contraire…
Accueillez-les dans votre texte !

 Le texte, dactylographié, ne doit pas dépasser les 3 feuillets de 1500 signes.