A LA UNE :
l'actualité des livres de poche

Le Mag

Retour

Le Prix de littérature traduite 2017

LA SELECTION 2017 :

 

 mosai sel Litt Trad

 

 

JESSIE BURTON, Miniaturiste
(Gallimard, « Folio »)
Traduit de l’anglais par Dominique Letellier
Nella Oortman n’a que dix-huit ans ce jour d’automne 1686 où elle quitte son village pour rejoindre à Amsterdam son mari, Johannes Brandt. Homme d’âge mûr, riche marchand, il vit dans une opulente demeure entouré de ses serviteurs et de sa sœur, Marin, une femme restée célibataire qui accueille Nella avec une extrême froideur. Johannes offre à son épouse une maison de poupée représentant leur propre intérieur, que la jeune fille entreprend d’animer grâce aux talents d’un miniaturiste. Les fascinantes créations de l’artisan permettent à Nella de mettre peu à peu au jour de dangereux secrets…
528 pages
Parution 2 mars 2017
Edition originale : Gallimard « Du monde entier », mars 2015
-----

ANDREÏ KOURKOV, Laitier de nuit
(Liana Levi, « Piccolo »)
Traduit du russe par Paul Lequesne
Avez-vous déjà entendu parler de «l’antifrousse»? Ce breuvage made in Ukraine qui permet de vaincre sa timidité, de triompher de ses ennemis, de surmonter toutes les épreuves. Un remède pour lequel on tuerait père et mère, n’est-ce pas? Mais là, c’est son inventeur, un estimable pharmacien de Kiev, qui est assassiné. Ensuite? Ensuite tout se complique. Dans cette fable échevelée, les chats ressuscitent, un somnambule se fait suivre la nuit, un député ambitieux exige un lait très spécial, une organisation secrète manipule les braves gens… Trafics et tentatives de corruption s’enchaînent aussi vite que les énigmes (et les rasades de gnôle à l’ortie!) pour tisser peu à peu la trame, non seulement d’un roman savoureux, mais d’un pays tout entier.
432 pages
Parution 3 avril 2017
Edition originale : Liana Levi, janvier 2010
-----

CARLO LUCARELLI, La Huitième Vibration
Métailié, « Suites »
Traduit de l’italien par Serge Quadruppani
Janvier 1896. Un corps expéditionnaire composé de recrues de toute la péninsule débarque dans la colonie italienne d’Erythrée. Sur place, ils découvrent la population indigène, des colons alcoolisés, une Africaine mi-sorcière, mi-prostituée et une Italienne à la beauté à la fois malfaisante et délicate.
412 pages
Parution 6 octobre 2016
Edition originale : Métailié, août 2010
----

HARUKI MURAKAMI, Ecoute le chant du vent suivi de Flipper
(10/18, « Littérature étrangère »)
Traduit du japonais par Hélène Morita
Le Japon des années 1970, des êtres mélancoliques aux amours suspendus, une solitude éprise de philosophie et de musique, et cette étrangeté rêveuse, teintée d’énigmes, de poésie : Murakami était déjà Murakami. Longtemps inédits, ses deux premiers romans «écrits sur la table de la cuisine» initient « la trilogie du Rat », que clôt La Course au mouton sauvage. Précédés d’une préface du maître qui en révèle la genèse, d’une fraîcheur singulière, envoûtante, ils offrent un précieux et passionnant miroir de l’oeuvre à venir. La naissance d’un écrivain unique.
308 pages
Parution 5 janvier 2017
Edition originale : Belfond, janvier 2016
----

EIRIKUR ÖRN NORDDHAL, Illska
(Points, « Points »)
Traduit de l’islandais par Eric Boury
Reykjavik, 2009. Agnes et Omar se rencontrent à une station de taxis. Ils font l’amour. Agnes est juive et rédige une thèse sur l’extrême droite. Obsédée par l’Holocauste, elle a la guerre dans la tête et dans le cœur. Agnes aime Omar qui aime Agnes qui aime aussi Arnor, un néonazi. Agnes se perd en elle-même. Omar s’enfuit. Le fascisme et ses avatars contemporains n’ont pas fini de hanter leur existence.
692 pages
Parution 12 janvier 2017
Edition originale : Métailié, août 2015
----

ITO OGAWA, Le Ruban
(Philippe Picquier, « Picquier Poche »)
Traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako
Une grand-mère fantasque et passionnée d’oiseaux trouve un œuf tombé du nid, le met à couver dans son chignon et donne à l’oiseau qui éclot le nom de Ruban. Car cet oiseau, explique-t-elle solennellement à sa petite-fille, « est le ruban qui nous relie pour l’éternité ». Un jour, l’oiseau s’envole et pour les personnes qui croisent son chemin, il devient un signe d’espoir, de liberté et de consolation. Ce roman grave et lumineux, où l’on fait caraméliser des guimauves à la flamme et où l’on meurt aussi, comme les fleurs se fanent, confie donc à un oiseau le soin de tisser le fil de ses histoires. Un messager céleste pour des histoires de profonds chagrins, de belles rencontres, et de bonheurs saisis au vol.
332 pages
Parution 1er septembre 2016
Edition originale : Philippe Picquier, septembre 2014

 

 

 JURY
Le jury est constitué des libraires exposant sur le salon Lire en Poche.

LE LAUREAT 2016

 

Prix litt trad

Elisabeth Beyer et Aleksandar Grujicic pour Les Lois de la frontière de Javier Cercas, Actes Sud, « Babel », traduit de l’espagnol.

 

 

 

 


PALMARES

- 2016 : Elisabeth Beyer et Aleksandar Grujicic pour Les Lois de la frontière de Javier Cercas, Actes Sud, « Babel », traduit de l’espagnol.
- 2015 : Aurélie Tronchet pour Esprit d'hiver de Laura Kasishke, Le Livre de Poche, traduit de l'américain.
- 2014 : Marc Amfreville pour Le Sillage de l'oubli de Bruce Machart,Gallmeister ("Totem"). Traduit de l'américain.
- 2013 : Esther Sermage pour Les Oreilles de Buster, de Maria Ernestam, Actes Sud « Babel », traduit du suédois.
- 2012 : Danièle Valin pour Le Jour avant le bonheur de Erri de Luca, Folio, traduit de l'italien.
- 2011 : Claude Seban pour La Fille du fossoyeur de Joyce Carol Oates, Points, traduit de l'anglais (Etats-Unis).
- 2010 : France Camus-Pichon pour, Sur la plage de Chesil de Ian McEwan, Folio, traduit de l'anglais.
- 2009 : Savas Demirel, Valérie Gay-Aksoy et Jean-François Pérouse pour Istanbul de Orhan Pamuk, Folio, traduit du turc.