A LA UNE :

Le Mag

l'actualité des livres de poche

Retour

du rire aux larmes

affiche 2020D'Homère à Platon, la littérature grecque antique s'attacha à susciter autant les larmes que le rire, évoquant tant la joie que la peine de ses héros mythiques. Si l'Antiquité profane célébra les larmes en contenant le rire à un style inférieur, la Renais- sance mit en avant les figures d'Héraclite pleurant face au spectacle du monde autant que celle de Démocrite riant de tout et de tous, et lorsque le langage des larmes porta la poésie amoureuse, c'est bien le rire qui, sous la plume de Rabelais, devint « le propre de l'homme ». Aux côtés de registres dramatiques qui constituent ainsi une part importante de l'anthropologie humaniste au sein de l'histoire littéraire, l'humour a vite possédé son propre territoire, usant du trait d'esprit, de l'ironie, de la dérision, du loufoque et du satirique, de l'humour noir, tant dans une forme comique que dans une volonté critique ou subversive.

L'écriture de création ne s'est pas seulement servie de l'ambivalence de ces émotions pour jouer sur la fonction sociale et sociétale de ces signes que sont le rire ou les larmes, elle les a provoquées, les a convoquées et les a utilisées pour construire une foule de narrations, de descriptions, de dialogues, la stature et la diversité de multiples personnages hauts en couleur... Et bien sûr, ce qui fait rire aux éclats ou ce qui peut émouvoir aux larmes les uns ou les unes ne fait pas forcément sourire ou pleurer les autres, c'est toute la valeur d'un texte littéraire que d'être capable d'atteindre de manière différente tout un chacun. Et nombreux sont ceux et celles qui, écrivains, illustrateurs, philosophes ou penseurs, mettent tout leur art au service de cette mise en valeur de la complexité humaine et nourrissent ainsi nos attentes de lecteurs et lectrices.

Cette édition 2020 de Lire en Poche cherchera à proposer à ses visiteurs une programmation d'auteurs et illustrateurs s'adressant à toutes les générations de lecteurs et lectrices à travers des œuvres aux accents parfois sombres et poignants, mais aussi des romans noirs décalés, des récits acides ou burlesques, des livres jeunesse drôles, des comédies légères ou plus graves... Et si le rire peut être libérateur, expansif et bienveillant, comme mordant, blessant ou confinant à la folie, les larmes de compassion, de sensibilité ou de désespoir, n'oublions pas que, parfois, nous parvenons à « pleurer de rire » !